Chat chartreux se promenant dehors - Blog Entre Chats

Faut-il laisser sortir son chat dehors ?

· Ce que les humains disent et ce que les chats pensent ·

25 avril 2018

Sur les réseaux sociaux et les forums, la question fait débat. A peine avez-vous évoqué le sujet que les partisans du oui et ceux du non s’affrontent, parfois même avec beaucoup d’agressivité. Les uns évoquent une privation de liberté pour le chat, les autres mettent en avant les nombreux dangers de l’extérieur.

Alors qui a raison ? Quels sont précisément les arguments des uns et des autres ?

Et puis…si on demandait aux chats ce qu’ils en pensent ?

Toute l’équipe d’Entre Chats se mobilise pour répondre à ces questions…

« Pour » : nos chats sont malheureux s’ils ne peuvent pas sortir

« Les chats sont des animaux indépendants, ils sont faits pour sortir, partir à l’aventure et chasser. C’est dans leur nature de félin. »

Voilà en gros l’argument qui est le plus souvent mis en avant.

Remarquez en passant que les partisans du « pour » ne disent que rarement « Oh mais non, c’est trop compliqué de laisser le chat à l’intérieur. Ouvrons nos fenêtres et baies vitrées. Sinon, on va tous cuire comme des petits pois à l’étuvée » 😉

Mais revenons à l’argument de départ qui a le mérite de s’inquiéter du bien-être de nos moustachus. Il me semble que la moindre des choses est de leur demander leur avis.

Commençons par les chartreuses…

Eclipse, 9 ans, chef des chats…et des humains…et de l’univers

Eclipse, chat chartreux dans son couffin

  • Ah mais pour moi, le plus important, c’est d’avoir mes croquettes quand j’ai faim, mes coins habituels pour dormir (tiens au fait, j’adore mon nouveau couffin, merci Justine de l’Atelier Enchanté !) et mon lot quotidien de caresses et de chatouillis. Et puis surtout, ce que j’aime, c’est faire respecter l’ordre sur mon territoire (ndlr : c’est à dire toute la maison). Je suis la plus âgée de la tribu et c’est moi le chef ! Bengals et Maine Coons n’ont qu’à bien se tenir, non mais !
    Bon, maintenant, si tu me laisses un coin d’herbe pour écouter les oiseaux et faire vibrer mes moustaches au vent, je ne suis pas contre. Un rebord de fenêtre aussi pour espionner les voisins et vérifier que leurs chiens ne font pas de bêtises. Mais attention : les croquettes et ma tranquillité d’abord ! Qu’on se le dise !

Bien ! Chef ! Merci pour cette réponse.

Isleen, peluche d’intérieur

Isleen, chatte chartreuse, sur le seuil de la porte du jardin

  • Moi dehors ??? Oh la ! …juste 5 minutes hein. Et attention, j’aime pas le vent, ni la pluie, ni le froid, ni le trop chaud d’ailleurs, ni le bruit, ni……

Vous l’aurez compris, nos chartreuses sont un peu pantouflardes. Mais j’en ai connu des plus téméraires 😉

Passons aux Bengals, nous aurons peut-être plus de succès. Feufollet ???

Feufollet, chat bengal, dans l'enclos du jardin

  • Présent ! Miaou ! Toujours là quand tu as besoin de moi !
  • Oh oui, c’est tout à fait vrai mon grand. Tu me réponds toujours quand je t’appelle. Allez, dis-moi, ça te plairait de pouvoir sortir librement partout où tu veux ?
  • Euh…je ne me suis jamais posé la question tu sais. Mais si tu laisses la porte ouverte, sans aucun doute j’irai voir à quoi ça ressemble. Je suis curieux, je l’avoue. Et j’aimerais bien attraper un de ces oiseaux qui me narguent. Et les humains du dehors, ils sont sympas ?
  • Certains oui… et d’autres un peu moins… Quelques uns se sont amusés à couper la queue des chats dans notre quartier.
  • HEIN ?????? Non mais ça va pas la tête ! Je reste ici alors. J’y tiens à ma queue ! Déjà que j’ai failli la casser le jour où elle s’est coincée dans une porte ! Tant pis pour les oiseaux

Hindiana, le grand stressé

Hindiana, chat Bengal, observe Nevada qui est sur son territoire

Dis donc toi ! Tu es sur mon territoire !

  • Mettons les choses au point, je ne suis pas content du tout. Quand je suis arrivé, j’étais le 4ème chat. Il y avait les 2 demoiselles chartreuses et mon pote Follet, bengal comme moi. Et ça m’allait très bien. Mais voilà que tu nous as ramené 2 grosses boules de poils avec des queues de raton laveur et des oreilles de lynx. Depuis, nous sommes 6 ! SIX !! Et mon territoire alors ? Tu y penses ? Ils mettent leur odeur partout, y compris dans mes bacs à litière préférés. Faut pas t’étonner après que je cherche à l’agrandir. Dès que vous ouvrez une porte sur l’extérieur, je l’entends et j’essaie toujours de filer entre vos jambes. Et il m’est arrivé de réussir, j’ai même traversé la rue comme une flèche. Après, j’ai eu un peu la trouille, c’est vrai. Mais si tu me laissais vagabonder, j’explorerais chaque jour un bout de territoire supplémentaire et petit à petit, je règnerais sur mon domaine !
    Des dangers ? Pffft ! Je n’y pense pas. Tout ce qui m’intéresse, c’est de voir ce qu’il y a plus loin !

Et à présent, l’avis des Maine Coons, MacFly et Nevada

Nevada et MacFly de la Queen Gabby, chats de race Maine Coons, dans le jardin

  • Nous, c’est simple, nous adorons aller dans notre enclos. Nous y passons d’ailleurs beaucoup de temps, même l’hiver. Nous adorons rester là tranquillement pour tout observer : les oiseaux et les insectes, les feuilles qui volent et tous les petits bruits qui nous en entourent.
  • Et si on vous ouvrait la porte de l’enclos sur l’extérieur, vous sortiriez ?
  • Ah ? Il y a une porte sur l’extérieur ? Nous ne savions pas ! On ne se pose pas ce genre de question quand on est un chat. Alors si cette fameuse porte s’ouvrait, bien sûr qu’on irait voir un peu plus loin. La curiosité fait partie de notre nature de félin !

En fin de compte, les chats sont-ils malheureux s’ils restent à l’intérieur ?

Il est certain qu’une très grande majorité de chats ont une curiosité insatiable. Sans aucun doute, elle les poussera à explorer de nouveaux territoires à l’extérieur s’ils en ont l’occasion.

Bengal et maine coon voulant sortir dehors

Oh ! Les humains ! Vous l’ouvrez cette porte ?

Mais un chat stérilisé qui n’a jamais eu l’occasion de sortir n’éprouvera ni souffrance, ni frustration, ni ressentiment de ne pouvoir le faire. C’est une vie qu’il ne connait pas, tout simplement.

Mais alors, que dire du comportement d’Hindiana qui cherche toujours à s’enfuir ?

En fait, le problème de notre petit léopard, c’est qu’il n’apprécie pas d’habiter avec 5 autres chats. Pourtant, ils s’entend bien avec eux. Mais n’oublions pas que les chats sont des animaux territoriaux, certains d’entre eux peuvent avoir besoin d’un territoire plus grand. C’est le cas d’Hindiana qui trouve désormais son territoire personnel trop petit et veut l’agrandir d’une façon ou d’une autre. Depuis que nos 2 Maine Coons sont arrivés, il est un peu perturbé. Il a commencé par déposer quelques gouttes d’urines par ci par là. Malheureusement pour lui, c’est aussi l’époque où nous avons du déménager et changer de région. Voilà qui ne l’a pas beaucoup rassuré !

Toujours est-il qu’en passant d’un appartement à une maison avec jardin, j’avais décidé de faire installer un bel enclos pour mes chats. C’est chose faite pour leur plus grand bonheur. Hindiana y va volontiers et j’ai remarqué qu’il apprécie parfois d’y aller seul. Un bout de territoire en plus, ça ne se refuse pas !

Quelques mois plus tard, la situation s’est nettement améliorée. Mais pas question de baisser la garde quand j’ouvre ma porte d’entrée !

Vous l’aurez donc compris, ce qui pousse essentiellement un chat à vagabonder, c’est de pouvoir conquérir de nouveaux domaines. Dès lors qu’il en a découvert l’existence, il vous mènera une vie d’enfer pour sortir à nouveau.

Conclusion, pour ne pas que votre chat batte la campagne ou s’aventure dans les gouttières de votre quartier en quête d’aventures, ne le sortez…JAMAIS ! Même dans vos bras…

Bien sûr, concrètement, la situation peut être très différente selon la provenance de votre chat. Détaillons un peu cela.

Votre chat est détenteur d’un pedigree et provient d’un élevage sérieux

Si vous avez adopté un chat de race (avec toutes les précautions qui s’imposent), je vais être directe : la question de laisser sortir votre chat ne devrait même pas se poser.

Hé oui, votre bébé est né sous la surveillance attentive (voire très active en cas de problème) de son éleveur. Il a été littéralement couvé à la fois par « maman chat » et « maman/papa humain ». Il a même peut-être été biberonné jour et nuit. Il a été pesé très régulièrement, quasiment chaque jour. Chacun de ses mini progrès a été observé à la loupe : de l’ouverture progressive de ses paupières vers 10 jours aux grandes découvertes de son environnement en passant par ses premiers pas chancelants et aux bagarres avec les frères et soeurs. Il a été manipulé très souvent et avec grande attention par son éleveur et sa famille pour le sociabiliser au maximum.
Bref, tout a été fait avec le plus grand amour pour que ce bébé devienne un compagnon exceptionnel dans votre vie.

Pensez-vous que le destin de ce chat soit de passer sous les roues d’une voiture ? Non, certainement pas. Ce chat, vous l’avez choisi et il mènera la plus heureuse des vies dans votre appartement ou votre maison pourvu que vous lui donniez tout ce dont il a besoin, ce qui comprend les câlins et les temps de jeu que vous partagerez avec lui. Ce chat n’a nul besoin de vagabonder pour être heureux. En le gardant à l’intérieur, vous lui offrez une espérance de vie de 15 à 20 ans contre 7 ans pour un chat qui sort régulièrement en ville ou en campagne.

En fait, cette question devrait être abordée AVANT de rechercher le chat de race de vos rêves. D’ailleurs, bon nombre d’éleveurs refuseront de vous confier un de leurs bébés s’ils ont le moindre doute envers vous en tant que futurs adoptants !

Vous avez recueilli un chat ou un chaton errant ou né à la campagne

Imaginons la scène : un beau jour, un petit chat maigrelet est venu miauler derrière votre fenêtre ou dans votre jardin. Peut-être qu’il provient d’une autre maison ? Toujours est-il qu’il avait l’air bien affamé et vous lui avez proposé une assiette de croquettes. Et le chat est reparti…puis il est revenu, avec un peu plus d’assurance cette fois. C’est qu’il a bien compris qu’il avait affaire à un humain bienveillant et généreux. De fil en aiguille, le chat est revenu régulièrement et vous avez fini par le laisser entrer chez vous puis par l’adopter (et donc le stériliser, le soigner et le vacciner, cela va sans dire 😉 ).

Ce chat là ne pourra probablement pas être heureux si nous ne le laisser pas sortir. Il en a pris l’habitude et il est quasi impossible de faire marche arrière. Son indépendance est en général ancrée définitivement. Cela n’empêchera pas qu’il puisse développer avec vous un lien affectueux très fort mais il ne deviendra probablement jamais un chat d’intérieur. La situation est radicalement différente que pour un chat de race qui a toujours connu les humains. Il vous faudra trouver la meilleure solution pour concilier le besoin de liberté de ce chat, apprivoisé certes, mais pas tout à fait domestiqué.

Direction SPA pour une adoption

C’est décidé, vous voulez offrir à un chat de la SPA un foyer accueillant. Dans la majorité des cas, il s’agira d’un chat déjà adulte, avec toute une histoire, plus ou moins douloureuse mais souvent inconnue. Impossible bien sûr de savoir comment ce chat se comportera chez vous. Réclamera-t-il à tout prix de sortir régulièrement ou s’adaptera-t-il à une vie d’intérieur ? Très difficile de le prévoir. Mon conseil : soyez patient et à l’écoute ! Observez son comportement pour décrypter ce dont il a besoin. Dans tous les cas, ne le laissez jamais sortir les premières semaines car vous risqueriez bien de ne pas le revoir. L’idéal est de pouvoir aménager un espace extérieur sécurisé.

Contre : laisser son chat vagabonder est-il réellement dangereux ?

Oui, sans l’ombre d’un doute. C’est un fait. Les dangers pour les chats en extérieur sont très nombreux, que ce soit en campagne ou en ville.

Chats en extérieur : dangers

Ce panneau est à votre disposition pour le téléchargement. N’hésitez pas à le diffuser largement sur les réseaux sociaux !
Cliquez pour télécharger le visuel

J’y ai récapitulé les principaux dangers qui guettent nos chats à l’extérieur :

  • Maladies comme la FIV/FeLV, PIF (péritonite infectieuse féline), coryzas (il existe de nombreux virus de coryza que les vaccins ne couvrent pas)
  • Parasites (puces, tiques…)
  • Empoisonnement
  • Intoxications (baies…)
  • Vol
  • Chats égarés
  • Actes de cruauté
  • Accidents : principalement avec les voitures mais aussi noyades et toutes situations où l’animal peut rester coincé (clôture,…)
  • Bagarres entre chats ou avec des chiens. Il faut savoir qu’il y aurait plus de 10 millions de chats errants en France !
  • Sans oublier la fourrière animale car, rappelons-le, il est légalement interdit de laisser vagabonder ses animaux domestiques

Je l’ai dit un peu plus haut, l’espérance de vie est de 7 ans pour un chat vagabond, même s’il est stérilisé. Bien sûr, ce chiffre cache des extrêmes. Il y aura toujours quelqu’un pour vous dire que son chat a atteint un âge vénérable alors qu’il sortait avec une totale liberté. Et heureusement qu’il y en a ! Et à vrai dire, j’ai moi-même recueilli dans la rue un petit chaton tout blanc, qui pendant un certain nombre d’années a pas mal crapahuté en toute liberté et qui a fini par s’éteindre paisiblement à l’âge de 20 ans.

Mais à côté de cela, bon nombre de jeunes chats n’auront pas eu la chance de profiter longuement de la vie. Au moment où j’écris cet article, je ne peux m’empêcher de penser à un des frères de portée de MacFly, mort sous les roues d’une voiture quelques jours avant son 1er anniversaire. Je me souviens aussi de l’immense tristesse, mêlée à la colère, de son éleveuse…

Epilogue

Il n’est pas dans mon intention de culpabiliser qui que ce soit ou de tenir des discours moralisateurs. Par contre, il me semble primordial de poursuivre sans relâche l’information quant aux dangers qui menacent les chats qui circulent en ville ou en campagne en toute liberté. Si vous avez le bonheur d’adopter un chaton qui n’a connu que la douceur d’un foyer, résistez à la tentation de lui ouvrir les portes en pensant en toute bonne foi que vous le rendrez plus heureux. N’oubliez pas qu’il suffit d’une fois pour que votre animal prenne goût à la liberté. Sauf que cette liberté peut avoir un terrible coût dont il n’a pas conscience.

Quant aux chats déjà épris de promenades au clair de lune, offrez-leur l’environnement le plus sécurisé possible 😉

Sandrine

Créatrice de sites WordPress et blogueuse porte-parole des chats

2 commentaires

  1. Répondre

    Durant

    29 avril 2018

    J’ai acheté à un éleveur un sacré de Birmanie, pensant être tranquille car j’ai perdu des chats (accident de voiture, empoisonnement, chasseurs) et malheureusement dès qu’il a été adulte, il a fugué je l’ai cherché pendant 5 jours et il est enfin rentré. Il est resté plusieurs jours calme dans la maison et ensuite, il m’a fait la comédie pour sortir… Je le voyais tellement malheureux que j’ai fini par céder… Depuis, il va dans le jardin mais j’ai toujours une boule au ventre car derrière chez moi il y a un bois avec de nombreux pièges et beaucoup dans mon village détestent les chats… Je suis déçue et inquiète… Je voudrais savoir pourquoi certaines personnes détestent autant les chats, notamment les chasseurs qui les disent « nuisibles ». Pourquoi ne sont-ils pas punis de leur cruauté envers nos « bébés »?

    • Sandrine

      29 avril 2018

      Bonjour,
      Je comprends tout à fait votre inquiétude. Les chats de race, même si certains sont plus pantouflards que d’autres, restent des chats et s’ils ont découvert l’extérieur, cela est tout aussi excitant pour eux que pour un chat de gouttière.
      Pour protéger le terrain de jeux de votre sacré de Birmanie, l’idéal est de sécuriser le jardin (selon la géographie des lieux bien sûr !) avec du grillage ou des filets renforcés (toujours prévoir un retour vers l’intérieur au sommet pour éviter que le chat passe au-dessus !). Une autre solution est d’installer un enclos. Sur Facebook, il existe des groupes qui partagent leurs idées et les photos de leurs réalisations. Il existe aussi des professionnels qui proposent des installations (la société « Protection pour chats » par exemple).
      Enfin, il reste la solution de ne plus laisser sortir votre chat. Il va beaucoup miauler dans un premier temps. Pour que cela se calme, il faut savoir qu’il faut à tout prix n’avoir aucune réaction. Ne surtout pas lui parler même si c’est pour lui dire non. En miaulant, le chat attend une réaction, n’importe laquelle. Alors, il faut s’obliger à rester totalement indifférent, ne même pas tourner la tête. Avec un peu de patience, surtout avec un chat de race, vous pouvez arriver à le « déshabituer ».

      Quant aux chasseurs, ils emploient le mot nuisible parce que le chat est un prédateur qui vient réduire le nombre de leurs proies (petits lapins et tout ce qui a des plumes…). En ce sens, chats errants et chasseurs sont des concurrents sur un même territoire !!! Evidemment, ce n’est pas votre sacré de Birmanie qui ira s’attaquer à un faisan 😉 Mais du coup, chasseurs et chats vagabonds ne font pas bon ménage.

      Mais attention, les chasseurs n’ont le droit ni de tuer, ni de capturer un chat. Ceci est passible de lourdes amendes et même d’emprisonnement. N’hésitez pas à informer la mairie de votre commune si vous constatez que la loi n’est pas respectée !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Entre Chats, blog chat

Les chats savent aussi écrire

Vous voulez poursuivre l'aventure avec nous ?

Confiez-nous votre adresse mail et cliquez sur MIAOU !

Votre adresse mail est bien arrivée jusqu'à nous, merci !